vendredi 20 janvier 2017

Conférence : Guantánamo, la torture et les conséquences judiciaires et sociales

L’UFR Droit et science politique de l'Université Paris-Nanterre a le plaisir d’accueillir une conférence organisée par le European Center for Constitutional and Human Rights (ECCHR, Berlin - www.ecchr.eu)
Date(s)
le 27 janvier 2017
Salle des conférences F 352 (3ème étage)
Lieu(x)
Bâtiment F
de 15h à 17h
Programme:
Présentations d’experts sur le programme de torture américain: son développement et ses dommages
Lawrence Wilkerson, ex-chef de cabinet de l’ancien secrétaire d’Etat (ministre des affaires étrangères) Colin Powell
Mark Fallon, ancien enquêteur dans la section américaine anti-terroriste
Janis Karpinski, ancienne commandante en chef américaine de la brigade de police militaire en Irak, de 2003 à 2005
Aliya Hussain, CCR, représentation des victimes de Guantánamo
Wolfgang Kaleck, ECCHR, expert sur l'instruction de la Cour d'Appel de Paris dans l’affaire Guantánamo
La conférence sera uniquement en anglais.
Accès http://economix.fr/images/plan_G.jpg

mercredi 18 janvier 2017

Guantánamo, la promesse non tenue d'Obama

MARC THIBODEAU, La Presse
Barack Obama s'apprête à quitter la présidence américaine sans avoir réussi à fermer, comme il l'avait promis, la prison militaire de Guantánamo. Et tout indique que son successeur ne partage pas du tout son ambition relativement à cet établissement controversé dont les détenus sont soupçonnés de terrorisme depuis maintenant 15 ans. Le président désigné Donald Trump a sommé il y a deux semaines l'administration de ne pas relâcher d'autres prisonniers vers des pays tiers en clamant qu'il fallait éviter que des «individus extrêmement dangereux» pour les États-Unis puissent retourner «sur le champ de bataille».
Son intervention, souligne l'écrivain et militant Larry Siems, joue sur les peurs de la population et ne reflète pas adéquatement la situation à Guantánamo, où des centaines de personnes ont été détenues pendant des années sans jamais avoir eu droit à un procès avant d'être relâchées sans excuses.
Bien qu'ils aient été présentés comme «les pires des pires» par Donald Rumsfeld, secrétaire à la Défense sous l'ex-président George W. Bush, la majorité des détenus ayant passé des années là-bas n'avaient rien à se reprocher, relève M. Siems, qui s'est plongé au coeur de cet «abysse carcéral» en 2012 en entreprenant de mettre en forme les écrits de Mohamedou Ould Slahi.
Le ressortissant mauritanien, qui a été détenu près de 14 ans par les États-Unis, a rédigé à la main le récit de son passage dans la prison militaire située dans l'île de Cuba avant qu'il soit finalement relâché à la fin de l'année dernière.
«Pendant les quatre ans où j'ai travaillé sur le manuscrit, j'ai eu sa voix dans la tête, je savais qui il était. Lorsque j'ai finalement pu le rencontrer, c'est comme si je le connaissais depuis toujours», souligne l'écrivain, qui s'étonne de la résilience de l'ancien détenu.
«Il a trouvé la manière de demeurer entier et humain malgré les circonstances dégradantes dans lesquelles il s'est retrouvé».
Mohamedou Ould Slahi, qui vit aujourd'hui avec sa famille en Mauritanie, affirme avoir pardonné à ses geôliers et à leurs supérieurs malgré la torture et les exactions subies.
Il n'en demeure pas moins déterminé à réclamer la fermeture de Guantánamo, qui constitue à ses yeux une «tache» durable dans l'histoire des États-Unis, relève M. Siems.
«Le système en place voudrait faire croire qu'il existe deux classes de personnes qui méritent des formes de justice différentes, alors qu'il n'y a qu'une justice pour tout le monde», relève l'écrivain, qui se dit frustré du fait que l'administration Obama ne soit pas parvenue à fermer carrément la prison.
Transfert de détenus
La Maison-Blanche a approuvé récemment le transfert au sultanat d'Oman d'une dizaine de prisonniers de Guantánamo malgré les mises en garde du président désigné. Il en reste aujourd'hui 45, alors qu'il y en a déjà eu près de 800.
Larry Siems pense que la responsabilité de l'impasse actuelle «va de l'exécutif à la population américaine en passant par le Congrès», qui a interdit le transfert de prisonniers de Guantánamo sur le sol américain.
Barack Obama, estime l'écrivain, aurait peut-être pu agir plus rapidement après son élection, mais il a eu à faire face à des élus républicains déterminés à bloquer ses projets. Des élus démocrates, note M. Siems, ont aussi exprimé des réserves parce qu'ils craignaient l'impact d'une éventuelle fermeture sur leurs chances de réélection.
Mal informés
La population américaine, dit-il, n'a pas aidé non plus, puisque nombre d'Américains demeurent mal informés relativement à Guantánamo et ne comprennent pas «pleinement» qui sont les personnes qui ont été détenues là-bas et la manière dont elles ont été traitées.
Donald Trump a déclaré en campagne qu'il avait l'intention de «remplir l'endroit avec des individus douteux» sans préciser qui il avait en tête, mais M. Siems pense qu'il est loin d'être acquis que le scénario verra le jour.
«Barack Obama voulait fermer la prison, mais il n'a pas réussi en raison de l'opposition à laquelle il s'est heurté au sein du Congrès et de la population. Or, il n'est pas dit que le même mécanisme ne jouera pas dans le sens contraire» pour empêcher le nouveau président de relancer son utilisation, relève l'écrivain.
***
Une réduction progressive
Il reste aujourd'hui à Guantánamo 45 des 779 personnes détenues depuis 2002 dans le cadre de la «guerre au terrorisme» américaine. Plus de 700 ont été relâchées ou transférées vers des pays tiers au fil des ans et neuf sont mortes en détention.
Un seul détenu, Ahmed Khalfan Ghailani, a été jugé sur le sol américain, où il a été condamné à la prison à perpétuité en 2011 pour son rôle dans une attaque d'Al-Qaïda contre l'ambassade des États-Unis en Tanzanie, en 1998.
Le Congrès a ensuite interdit au Pentagone de financer le transfert de détenus vers les États-Unis de manière à s'assurer qu'aucun autre procès civil de ce type n'aurait lieu. La libération de 9 des 45 détenus restants a déjà été approuvée et dépend de la capacité de l'administration à trouver un pays d'accueil.
Les autres détenus sont jugés devant des commissions militaires dont la légitimité est contestée ou sont détenus sans accusation formelle, mais jugés trop dangereux par les autorités américaines pour être relâchés.

lundi 16 janvier 2017

Comment les USA ont choisi la torture sexuelle

الولايات المتحدة: العنف الجنسي وسيلةً للتعذيب

غداة أحداث الحادي عشر من سبتمبر، قررت إدارة بوش الاستخدام الممنهج « لتقنيات استجواب متقدمة » لكسر مقاومة سجناء « الحرب ضد الإرهاب ». فتمّ تجريد هؤلاء الرجال من إنسانيتهم والإمعان في الاعتداء عليهم نفسيا وجسديا عبر الضّرب والإيهام بالغرق و ما خفي كان أعظم فضلا عن اعتماد وسائل أخرى من الإذلال المنهجي على غرار الاغتصاب والاعتداء الجنسي
Par Anne-Laure Pineau et Sophie Tardy-Joubert (collectif YouPress), Mediapart, 15/1/2017
Au lendemain du 11-Septembre, le gouvernement Bush systématise le recours à la torture. Les prisonniers de la « guerre contre le terrorisme » seront privés de leur humanité, frappés, « waterboardés ». Mais pas seulement : ils seront aussi humiliés, violés et agressés sexuellement, selon des méthodes validées au plus haut niveau du pouvoir américain. Cette enquête est publiée dans le cadre de l’opération « Zero Impunity », contre l’impunité qui protège les auteurs de violences sexuelles en conflit armé.
Cet automne 2016 est un été indien à Washington. Citrouilles et squelettes d’Halloween pendouillent dans les arbres rougeoyants des jardins de Georgetown, quartier huppé de la capitale fédérale. John Rizzo, ancien avocat général de la CIA, y coule une retraite tranquille. Chaque matin, il prend grand soin d’assortir ses chaussettes à son polo du jour, avant d’aller flâner dans les jolies ruelles de petits pavillons de briques colorées. Il y a quatorze ans, ce dandy aux cheveux de neige a fait partie du petit groupe de personnes qui, dans le secret du siège de la CIA, a rendu légale une nouvelle méthode d’interrogatoire. Des techniques poussées visant à « briser la résistance » des prisonniers de la guerre contre la terreur.
De Guantanamo à Abou Ghraib, elles allaient changer le visage des États-Unis et ouvrir la porte à l’usage de plusieurs formes de torture.
Si la simulation de noyade (« waterboarding ») a été traitée dans les médias comme le symbole de la torture américaine, les agressions et les humiliations sexuelles sont toujours restées au second plan. Pourtant, ce recours aux sévices sexuels comme technique d’interrogatoire « poussée » a été méthodiquement utilisé pour casser les individus.

John Rizzo, ancien avocat général de la CIA © (dr)  
John Rizzo, ancien avocat général de la CIA © (dr)
L’ancien avocat général est un homme affable et détendu, ce 20 octobre 2016. « Un mot de moi et tout se serait arrêté avant même d’avoir commencé », lance-t-il, un demi-sourire aux lèvres. Il ne l’a pas fait et il l’assume : « Il ne fallait surtout pas qu’on puisse nous [la CIA – ndlr] reprocher un second 11-Septembre. » Pour comprendre la naissance des « techniques d’interrogatoires poussées » (« Enhanced Interrogation Techniques »), selon la pudique et officielle terminologie choisie par l’Agence, il faut remonter au traumatisme que vivent les États-Unis à l’aube du nouveau millénaire : les attentats du 11 septembre 2001. Les agents du renseignement n’ont rien pu empêcher ; ils ont failli. « Nous avions terriblement honte de ne pas avoir vu ce qui se tramait », commente John Rizzo.
Un pur produit de la CIA
Le 17 septembre 2001, six jours après les attentats, le cabinet présidentiel donne les pleins pouvoirs à la CIA pour appréhender les terroristes potentiels et créer un nouveau système d’interrogatoire. John Rizzo s’en souvient comme si c’était hier : « Nous n’avions jamais fait cela. Cette fois, c’était un programme qui n’était pas fixé dans le temps… et garder un tout petit nombre de personnes dans la confidence était une erreur. » Sur le terrain, la traque des terroristes n’est pas simple. Les agents peinent à remonter jusqu’aux cerveaux du 11-Septembre. Après de longs mois, un premier détenu supposé « de valeur » tombe enfin aux mains de la CIA, au Pakistan. Nous sommes en mars 2002.
Abu Zubaydah, Saoudien d’une trentaine d'années, est soupçonné d’être un des logisticiens des attaques, voire un proche d’Oussama Ben Laden. « Si quelqu’un était au courant d’un nouvel attentat, ça devait être Zubaydah, […] mais, pour dire vrai, il n’était pas le gros poisson que l’on espérait », raconte l’ex-avocat général. Au traditionnel jeu des questions-réponses, Abu Zubaydah oppose le silence. « [Nos interrogateurs] étaient convaincus qu’il cachait des choses, se souvient John Rizzo. Donc, nous devions le faire parler. »
L’Agence décide alors de s’en remettre à deux consultants psychologues, James Mitchell et Bruce Jessen. Ils sont aujourd’hui poursuivis dans le cadre d’une plainte menée par l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU). Ces deux hommes n’ont jamais assisté à un interrogatoire en conditions réelles. Ils vont improviser, en prétendant s’inspirer de la psychologie comportementale. En fait, ils adaptent presque à la ligne le programme d'entraînement militaire SERE (1). Ce plan inspiré des méthodes de torture nord-coréennes a pour but de « mettre [le détenu] mal à l’aise pour le briser », explicite John Rizzo. Ils proposent une liste de techniques à l’avocat général, laquelle inclue le « déshabillage », l’« utilisation des phobies individuelles », l’« utilisation de positions de stress » ou des « interrogatoires de 20 heures ».
L’avocat dit avoir alors été pris de panique : « Je me suis dit : c’est pas possible de faire un truc pareil ! » John Rizzo sait bien que les techniques franchissent les limites du droit. De fait, les États-Unis sont signataires de la convention de Genève sur le traitement des prisonniers de guerre et de la convention contre la torture. De « sales petites obligations internationales », comme il l’écrit à l'époque dans un courriel adressé à un collègue de la CIA. Il décide de s’en affranchir et se range derrière l’avis des prétendus experts-psychologues. « Cela valait toujours mieux que de prendre le risque de vivre un nouvel attentat et de voir à nouveau des centaines ou des milliers d’innocents Américains tués », estime-t-il aujourd’hui.
Abu Zubaydah, arrêté au Pakistan en 2002. Photo rendue publique par le US central command  
Abu Zubaydah, arrêté au Pakistan en 2002. Photo rendue publique par le US central command
 
Zubaydah devient ainsi le « rat de laboratoire » (2) de l’agence. Il sera enfermé nu dans une boîte de la taille d’un cercueil, « nourri » par voie anale, gardé nu pendant de longues périodes et waterboardé (3) 83 fois. Comparé au waterboarding et à l’enfermement dans un cercueil, la nudité peut paraître une forme mineure de sévices. Il n’en est rien et la CIA le sait. « Les experts avaient conclu qu’Abu Zubaydah était un genre de pervers. Selon eux, le dénuder le diminuerait et l’embarrasserait tellement que cela casserait sa résistance », expose calmement John Rizzo.
L’avocat a conscience de franchir une ligne rouge : « Je savais que le jour où ça sortirait, on serait niqués », explicite-t-il. Il veille donc à associer la Maison Blanche à sa décision. Les techniques feront, d’après John Rizzo, l’objet de réunions quotidiennes dans le bureau du directeur de la CIA, en présence de quelques membres du gouvernement triés sur le volet (4) et à l’exception notable du président Bush. 

«L'histoire aurait pu être tout autre»

Les techniques sont discutées une à une. Selon John Rizzo toujours, la conseillère à la sécurité nationale, Condoleezza Rice, est très gênée par la nudité imposée aux détenus à certains moments des interrogatoires. A-t-elle compris les graves dérives auxquelles ne manquerait pas de mener une telle mesure ? Peut-être, mais elle n’a pas pour autant fermement objecté. « Malgré leurs objections, Rice avec la nudité forcée, Powell avec la privation de sommeil, ils ont juste dit : “Je ne suis pas à l’aise avec ça” ; ils n’ont jamais dit : “Nous ne devrions pas faire ça” », suppute le retraité.
Le petit comité valide la technique proposée par les psychologues. En juillet 2002, Condoleezza Rice, au nom du gouvernement, donne le feu vert à la CIA. La « nudité forcée » s’applique aux individus que l’Agence suspecte d’avoir des liens, proches ou lointains, avec la nébuleuse d’Al-Qaïda.
Condoleezza Rice, conseillère à la sécurité nationale de 2001 à 2005, donne le feu vert à la CIA © Reuters  
Condoleezza Rice, conseillère à la sécurité nationale de 2001 à 2005, donne le feu vert à la CIA © Reuters
La technique sera inscrite dans les mémos qui circuleront au ministère de la défense. Alliée à celle de « jouer sur les phobies individuelles », elle mènera à ce que l’on pourra nommer « torture sexuelle ». À l’exception de John Rizzo, aucune personne sus-citée n’a accepté de répondre à nos demandes d’entretien. La CIA, par la voix de son porte-parole Ryan Trapani, nous a quant à elle déclaré, le 7 octobre 2016, que l’Agence n’avait rien à « partager » sur le sujet, avant de nous souhaiter « bonne chance ».
Le ministère de la défense a préféré, lui, botter en touche. Sa porte-parole, le lieutenant-colonel Valerie D. Henderson, dans un courriel du 30 décembre 2016, nous assure que « le ministère se voue à traiter tous les détenus humainement, en accord avec la loi fédérale et les obligations internationales, ce qui inclut l’article 3 de la convention de Genève ». Elle ajoute que « le ministère enquête sur toutes les allégations d’abus crédibles et prend les actions appropriées, ce qui peut inclure des poursuites criminelles ».
Dans les couloirs de la Maison Blanche, la plupart des hauts fonctionnaires ignorent totalement que la CIA travaille, à quelques encablures de là, à faire en sorte qu’une démocratie légalise et systématise la torture. Lawrence Wilkerson se croyait dans le secret des orientations politiques de son pays, et pour cause : ce vétéran du Vietnam, qui a accepté de répondre à nos questions le 20 octobre 2016, était le chef de cabinet de Colin Powell. Nous le retrouvons attablé au Starbucks, dans un centre commercial de la périphérie de Washington. C’est un homme courtois qui porte de petites lunettes rondes, une élégante veste en tweed ornée d’une épinglette représentant l’aigle américain. « En gros, nous avons appris à la télévision que nous avions perdu le débat [sur le fait de passer outre à la convention de Genève] », s’exclame-t-il, encore scandalisé.

« Un coup d’État »

Le haut fonctionnaire comprend qu’il a été mis sur la touche. Tout cela, explique-t-il aujourd’hui, est un « coup d’État » à l’initiative du vice-président Dick Cheney. « De 2001 à 2005, la routine pour le vice-président était de prendre les décisions et d’aller dans le bureau ovale convaincre le Président de le soutenir. Puis il allait présenter sa décision au reste du cabinet. » Quand il comprend que la CIA a utilisé le programme SERE pour créer ses techniques, Lawrence Wilkerson sort de ses gonds. « J’ai couru voir Powell en lui disant : toi qui es militaire comme moi, tu arrives à comprendre comment ces abrutis du niveau du secrétaire à la défense ont pu croire à ces conneries ? C’est dingue qu’ils soient tombés dans le panneau. »
Lawrence Wilkerson en 2016. Il était le chef de cabinet de Colin Powell, secrétaire d'Etat  
Lawrence Wilkerson en 2016. Il était le chef de cabinet de Colin Powell, secrétaire d'Etat
 
Surtout, Lawrence Wilkerson redoute que les techniques de la CIA n’essaiment dans l’armée. Militaire et fils de militaire, l’homme connaît bien les soldats et sait ce qu’ils peuvent faire lorsqu’on leur donne carte blanche. Le scénario qu’il redoute ne tarde pas à se produire. Dès l’automne 2002, l’armée s’approprie les techniques d’exception pensées par la CIA.
Le commandant de la Section Joint Task Force Guantanamo, le général Michael Dunlavey (qui sera remplacé par le général Miller le 9 novembre 2002), veut alors casser les défenses d’un détenu particulièrement retors, le détenu 63. Ce jeune Saoudien de 22 ans, nommé Mohammed al-Qahtani, a été capturé dès novembre 2001 en Afghanistan et attend, depuis de longs mois, dans les geôles de Guantanamo. Le général demande et obtient, à force de persuasion, l’autorisation du secrétaire à la défense Donald Rumsfeld d’appliquer lui aussi des « techniques d’interrogatoire poussées » sur le détenu 63. Pendant 49 jours, 20 heures par jour, ce dernier est soumis à la question et régulièrement agressé sexuellement. Les interrogateurs de l’armée collent sur son corps nu des photos pornographiques, menacent sa mère de viol, le font parader en soutien-gorge, comme on peut le lire en longueur dans les rapports déclassifiés depuis.
En avril 2003, Donald Rumsfeld va encore plus loin et donne formellement carte blanche aux soldats. Dans un document expliquant la manière dont ces techniques doivent être appliquées, il précise en effet qu’« il est important que les interrogateurs reçoivent la latitude raisonnable afin de varier les techniques, en prenant en compte la culture du détenu, ses forces et ses faiblesses, […] en prenant en compte […] l’urgence d’obtenir des informations que le détenu possède de façon certaine ». L’humiliation peut dès lors aller bien au-delà de la nudité forcée. Les militaires ne manqueront pas de faire usage de ce « blanc-seing ».

Violés à tour de rôle

Le ciel pèse sur l’agglomération lyonnaise, où l’automne arrive peu à peu. De l’autoroute, on voit se dégager les immeubles aux mille fenêtres des quartiers de Vénissieux. C’est là que Nizar Sassi nous a donné rendez-vous, à la Brioche Dorée d’un centre commercial clairsemé. « Ce ne sont pas des trucs dont on parle facilement par téléphone », avait-il prévenu quand nous l’avions appelé. À 37 ans, ce père de trois enfants répare des ascenseurs dans la région lyonnaise. Son physique d’acteur et son quotidien paisible ne trahissent pas sa vie passée mouvementée. Son regard profond, peut-être : il est l’un des six « Français de Guantanamo ». Nizar Sassi a envie de raconter les abus sexuels, « le pire » qu’il ait subi dans la prison cubaine. C’est la première fois qu’il aborde le sujet dans la longueur, pour briser le tabou.
Influencé par un garçon de son quartier, alors qu’il a 22 ans, le jeune Nizar atterrit dans un camp d’entraînement de Ben Laden à l’été 2001, avec un copain, Mourad Benchellali. Capturé au Pakistan alors qu’il essaie de rentrer en France, il est conduit au camp de Kandahar, en Afghanistan. « On était les premiers qu’ils attrapaient. On a été frappés, maltraités, mais ce que j’ai vécu de pire, ce sont les viols (5) », confie-t-il.
Après avoir été passé à tabac, il est emmené avec une petite trentaine d’autres dans une tente. « On était en file indienne. Ils nous ont baissé nos pantalons et nous ont violés à tour de rôle. Je ne sais pas ce qu’ils nous ont mis dans le derrière, mais c’était ultraviolent. Ça m’a déchiré. Ensuite, ils nous ont lavés au karcher et jetés sur une montagne d’hommes nus. Tout le long, ils nous prenaient en photo. » Pourtant habitué à prendre la parole en public, Mourad Benchellali, son compagnon d’infortune, rencontré à Paris le 11 septembre 2016, ne parviendra pas à s’exprimer sur le sujet. « Vous vous souvenez des photos d’Abou Ghraib avec les pyramides de détenus ? C’était la même chose. Au-delà de l’humiliation. »
Le camp de Guantanamo, ouvert en 2002 sur l'île de Cuba et où la torture va être systématisée © Reuters  
Le camp de Guantanamo, ouvert en 2002 sur l'île de Cuba et où la torture va être systématisée © Reuters
Après Kandahar, les deux camarades d’infortune seront transférés à Guantanamo, en janvier 2002. Dans la prison cubaine où il restera jusqu’à l'été 2004, les fouilles rectales seront, sous prétexte sécuritaire, violentes et répétées. « Chaque fois qu’ils nous fouillaient les parties intimes, ils se faisaient un malin plaisir de palper, d’insister », précise Nizar Sassi. « Les coups, ça part, mais ça, on le garde », confie-t-il. Alors qu’aux tables voisines des familles dissertent autour d’un chocolat chaud, Nizar, un peu gêné, chuchote ce qui lui est arrivé. Les mots lui manquent ; il joint le geste à la parole. Il lève trois doigts pour figurer la main du soldat qui l’a pénétré sans prévenir.

Le plus gros scandale de la médecine américaine

Selon les quatre anciens prisonniers auxquels nous avons parlé, ces fouilles abusives étaient pratiquées sous l’œil vigilant des médecins. « Ils ne nous touchaient pas. Mais ils étaient derrière l’estrade, avec les gradés, pendant que les soldats nous violaient. Et ils regardaient », se souvient l’ancien détenu. Dans les prisons clandestines de la CIA, les médecins seront allés plus loin que l’observation. Ils participaient à l’utilisation de prétendues procédures médicales visant à modifier les comportements des « gros poissons » qu’ils étaient censés tenir dans leurs filets. Protégés par la classification des différents rapports de l’armée, les noms des praticiens sont encore aujourd’hui secrets.
Suspecté d’avoir financé les attaques du 11-Septembre, Mustafa al-Hawsawi a été trimballé durant treize ans entre prisons secrètes (6) de la CIA et Guantanamo, où il est encore détenu à ce jour. Il vient d’être opéré du rectum aux frais des États-Unis. Il souffrait, jusqu’à son opération, d’hémorroïdes chroniques, de fissures de l’anus et de prolapsus. « Concrètement, il avait une partie de l’intestin qui sortait et qu’il devait remettre à la main après être allé à la selle » (7), explicite son avocat, Walter Ruiz.
Sans antécédents particuliers, le détenu a développé ces handicaps depuis son arrestation. Ce qui permet d’étayer le fait que ces séquelles résultent, selon son avocat, d’une procédure de « réhydratation rectale », une sorte de lavement, et d’une autre, la « nutrition par voie rectale ». « Le rapport du Sénat sur la torture souligne le fait qu’ils ont utilisé “les plus gros tubes disponibles (8)” pour procéder à cela, précise l’avocat. C’était de la sodomie et ces médecins-là, qui ont inséré des tubes de force dans les anus des gens, ils pratiquent toujours la médecine. »
Sarah Dougherty, membre de Physicians for Human Rights  
Sarah Dougherty, membre de Physicians for Human Rights
 
« Ces méthodes n’existent pas dans les procédures, sauf si la personne n’a plus de gros intestin ou est dans un état végétatif », souligne Sarah Dougherty, spécialiste de la question de la torture américaine pour l’association de médecins et scientifiques Physicians for Human Rights, qui apporte une expertise médicale aux organisations qui documentent les crimes contre l’humanité. Le médecin est outré : « C’est un des plus gros scandales dans l’histoire de la médecine, et il y a eu très peu de tentatives de la part de la profession pour mettre en cause les coupables. »
Dans les couloirs de Guantanamo, les récits d’agressions sexuelles remontent les rangées de cellules. Ceux des Saoudiens, des Yéménites, des Algériens sont les pires. On agrafe sur eux des photos tirées de magazines pornographiques et les interrogatrices ne se montrent pas tendres, ou plutôt le sont trop. Elles se frottent contre eux, se déshabillent, utilisent sous-vêtements et protections périodiques pour les pousser à parler. « Ils utilisaient beaucoup les techniques d’humiliations sexuelles sur les gens du Moyen-Orient, explique Nizar Sassi. Ces hommes n’avaient jamais eu affaire à une femme occidentale, et encore moins à une femme à poil qui fait mine de se donner à eux. Ils étaient traumatisés. Ils avaient plus peur de ça que de se faire frapper. » 

« Ce n'était pas un accident »

Des femmes qui se déshabillent dans les salles d’interrogatoire de Guantanamo Bay ? Mourad Benchellali se souvient de l’une d’entre elles, adossée au mur, entièrement nue et muette pendant toute la durée de l’un de ces interrogatoires. D’après les rapports internes de l’armée portant sur les prisons de Guantanamo et d’Abou Ghraib (9), ces femmes étaient militaires. Dans le rapport Schmidt, un officier chargé du renseignement confesse ainsi avoir demandé à une de ses subordonnées d’acheter un parfum de femme bon marché, de s’en enduire les mains et de les frotter sur un détenu en prière pour briser sa résistance (10).
Dans d’autres cas, pressées d’obtenir des résultats, ce sont les militaires elles-mêmes qui choisissent de faire de leur corps de femme une arme pour humilier. Dans son livre Inside the Wire, l’ancien traducteur de l’armée Erik Saar relate les dessous d’un interrogatoire mené conjointement avec une soldate, Brooke.
Celle-ci estime que le détenu tire sa force de résistance de la prière. « Je vais le rendre impur et l’empêcher de prier » (11), explique-t-elle. « Tu n’aimes pas ces gros seins américains, Fareek ? l’apostrophe-t-elle. Je vois que tu commences à durcir. » Sur les conseils d’un garde, la jeune femme va jusqu’à faire croire au détenu, déjà brisé, qu’elle le badigeonne de sang menstruel. Erik Saar se souvient de sa collègue, choquée par son propre comportement : « Elle m’a regardé et s’est mise à pleurer. Elle pensait avoir fait de son mieux pour avoir les informations que ses chefs lui demandaient d’obtenir (12). » 
L'une des photos des tortures dans la prison d'Abu Ghraib en Irak, qui font éclater le scandale en mai 2004 
L'une des photos des tortures dans la prison d'Abu Ghraib en Irak, qui font éclater le scandale en mai 2004
 
Les militaires n’avaient pas à respecter les lois

Mark Fallon, à Guantanamo, était chargé d’enquêter sur les détenus pour permettre de les juger. C’était le commandant adjoint d’une section criminelle interne au département de la défense (CITF), créée pour l’occasion. Ce 19 octobre 2016, à Washington, le retraité revient sur cette époque qui n’en finit pas de le tourmenter. Celle où il avait tenté de donner l’alerte, avec une poignée d’autres militaires de haut rang (13), pour dénoncer des actes « honteux et déplorables ».

Reconnu pour sa très grande expérience d’interrogateur en tant qu’agent spécial, cet homme d’apparence austère a passé des années à se fondre dans les réseaux criminels, se déguisant au besoin en dealer, en braconnier d’éléphants ou en trafiquant d’armes. Il enquête sur Al-Qaïda dès les années 1990. Les autorités américaines font donc logiquement appel à lui lorsqu’elles décident de mettre en place une section de renseignement sur les prisonniers détenus à Guantanamo.
Mark Fallon, chef enquêteur au camp de Guantanamo  
Mark Fallon, chef enquêteur au camp de Guantanamo
 
Le commandant Fallon supervise une équipe de 230 personnes, qui doit travailler aux côtés des soldats du général Geoffrey D. Miller, le commandant de la Joint Task Force Guantanamo, stationnée dans la prison cubaine (14). Tout oppose ces deux militaires, qui deviennent rivaux. Mark Fallon n’a aucune estime pour ce général d’artillerie, qui n’a pas d’expérience en renseignement militaire. De son côté, Miller s’agace de la mansuétude de Fallon. « Ça se voyait : ils voulaient waterboarder les gens. Ses troupes déshabillaient les détenus, les arrosaient. C’était insultant et de l’ordre de l’amateurisme, se souvient le retraité. J’étais inquiet, car le général Miller était un spécialiste en artillerie ; il n’y connaissait rien en renseignement, en interrogatoire… On lui a demandé de faire le sale boulot et il a été promu. »
Rapidement, les hommes de Mark Fallon se mettent à relayer à leur chef des pratiques inquiétantes, qui ont lieu sous les ordres du général Miller. Extrêmement choqué, le militaire adresse le 28 octobre 2002 au conseil de la Marine, institution responsable de la base navale de Guantanamo, un courriel que nous nous sommes procuré. « Nous devons nous assurer que les services de l’avocat général de la Marine [Alberto Mora – ndlr] est au courant des techniques adoptées par la section 170 [dirigée par le général Miller – ndlr]. Des commentaires [définissant ces techniques – nldr] du lieutenant Diane Beaver tels que “si le détenu meurt, c’est que vous vous y prenez mal” […] ou bien “le personnel médical doit être présent pour traiter d’éventuels accidents” semblent prouver qu’elles se déroulent hors de la légalité. […] Quelqu’un doit prendre en compte la façon dont l’Histoire considèrera cela », écrit-il.
En septembre 2003, le général Miller est pourtant envoyé en Irak avec la mission de « guantanamiser » la prison d’Abou Ghraib, c’est-à-dire d’y importer les méthodes d’interrogatoire utilisées à Cuba. « Quand je l’ai vu partir là-bas, j’ai envoyé un de mes hommes pour le contrer. Je me doutais que si Miller allait là-bas, ça allait être comme un cancer malin qui s’étend. De graves abus allaient se produire. »

Épilogue – des jours tranquilles ?

À peine un an plus tard, en avril 2004, Mark Fallon comprend que son cauchemar est devenu réalité. Des photos de la prison irakienne d’Abou Ghraib publiées par le New Yorker font le tour du monde. Des prisonniers nus sont entassés en pyramide, tête-bêche, ou forcés de se masturber devant des soldats hilares. Nus encore, ils sont tenus en laisse par des femmes en uniforme. L’Amérique entière est sous le choc. Le ministre de la défense Donald Rumsfeld attribue rapidement ces dérives à quelques soldats isolés. Quelques « pommes pourries (15) ».
Pyramide d'hommes nus. Photo prise à la prison d'Abu Ghraib 
Pyramide d'hommes nus. Photo prise à la prison d'Abu Ghraib
 
Après le scandale d’Abou Ghraib, la plupart des militaires reconnaissables sur les photos seront sanctionnés, ainsi que la commandante de la prison, Janis Karpinski. Ce seront les seuls mis en cause. « Janis Karpinski dit qu’elle n’était pas coupable, et je suis d’accord avec elle. Elle a servi de bouc émissaire, affirme Lawrence Wilkerson, l’ancien bras droit de Colin Powell. En revanche, certaines personnes, à commencer par Dick Cheney, devraient être poursuivies pour crime de guerre. Le minimum aurait été de les démettre de leurs fonctions. »
Mais à ce jour, les bureaucrates de Washington se portent bien. Cela a peu de chance de changer. Pendant la campagne présidentielle américaine de 2016, le candidat républicain Donald Trump a promis de « remplir Guantanamo de sales types » et de rétablir l’utilisation du waterboarding (16). Si le Président élu est connu pour changer d’avis (17), il y a malgré tout fort à parier qu’il choisira de regarder vers l’avenir, sans reconnaître les crimes de l’Amérique, une nation qui, durant un temps, a fait de l’arme sexuelle un outil contre le terrorisme et une méthode de torture.
Nizar Sassi, marqué dans son corps par son passage à Guantanamo, termine son café allongé à la Brioche Dorée. Comme les cinq autres anciens détenus de Guantanamo, il a essayé d’obtenir la reconnaissance de la torture et des viols qu’il a endurés dans le cadre d’une plainte collective, qui a très peu de chances d’aboutir. Le général Miller, à l’époque surnommé « le roi de Guantanamo », a bien été convoqué par la justice française, en mars 2016. Il n’est pas venu : rien ne l’y obligeait. Comme beaucoup d’autres, Nizar Sassi a quelque peu perdu espoir en l’humanité. « Je m’en remets au Jugement dernier, précise-t-il. Au jugement d’Allah. »  

(1) Le programme SERE (Survival Evasion, Resistance and Escape) a été créé au lendemain de la guerre de Corée pour préparer les soldats et les civils, au cas où ils viendraient à être capturés par les services secrets de la nation communiste.
(2) C’est le surnom qui lui a été donné par les médias, comme par les spécialistes de la question.
(3) Les vidéos de ces interrogatoires ont été détruites en 2005 par la CIA.
(4) Sont présents, d’après John Rizzo, Dick Cheney, Donald Rumsfeld, Condoleezza Rice et Colin Powell.
(5) Entretien avec les auteures, le 20 septembre 2016, à Vénissieux.
(6) La CIA a disposé de nombreuses prisons secrètes (ou « Black Sites ») dans le monde entier pour pratiquer ces interrogatoires.
(7) Entretien avec les auteures, le 18 octobre 2016, à Washington.
(8) L’expression « les plus gros tubes disponibles », ici reprise par Walter Ruiz, est issue du rapport du Sénat, p. 126.
(9) Le rapport Schmidt, qui porte sur Guantanamo, mentionne par exemple des femmes militaires pratiquant des lap dances ou utilisant de l’encre rouge simulant du sang menstruel et du parfum de femme à des fins de déstabilisation. Les rapports Fay, Chruch et Taguba relatent des faits similaires à Abou Ghraib.
(10) Rapport Schmidt. Témoignage d’un gradé présenté comme un chef de l’Intelligence Control Element (ICE).
(11) Erik Saar, Inside the Wire, p. 223.
(12) Op. cit., p. 228.
(13) Nous avons également rencontré Alberto Mora, ancien avocat général de la Navy, qui a tenté de donner l’alerte, et Steven Kleinman, ancien expert du renseignement militaire au ministère de la défense, qui a été ostracisé après avoir donné son opinion sur les nouvelles méthodes de renseignement, en 2003.
(14) Le général Miller succède à George Dunlavey en décembre 2002.
(15) Une expression utilisée pour la première fois lors d’une conférence de presse à l’été 2004.
(16) C’est lors du débat du 3 mars 2016 à Détroit que le candidat d’alors a réitéré son accord pour l’utilisation de la méthode du waterboarding, en ajoutant que, « pour ces animaux du Moyen-Orient [Daech], nous devrions y aller plus fort ».
zeroimpunity-logo-1
(17) Devenu Président élu, Trump est quelque peu revenu sur ces propos le 22 novembre 2016, indiquant au New York Times avoir été séduit par les arguments d’un général de la marine, James Mattis. Le soldat avait affirmé : « Donnez-moi un paquet de cigarettes et deux bières, et je ferai mieux [qu’avec la torture] », ce qui avait « impressionné » le Président.

Mediapart est partenaire du projet international « Zero Impunity ». Cette opération transmédia documente et dénonce l’impunité qui protège les auteurs de violences sexuelles en conflit armé. En partenariat avec un consortium de médias internationaux, Mediapart publie six grandes enquêtes qui décryptent les mécaniques de l’impunité au sein de nos institutions publiques, de nos organisations internationales et même de nos armées.La première enquête a porté sur les « exactions impunies de l’armée française en Centrafrique », à lire ici.
Le projet a été créé par Nicolas Blies, Stéphane Hueber-Blies et Marion Guth (société a_BAHN), se définissant comme des « documentaristes activistes ». Appuyé sur un travail d’enquête, « Zero Impunity » se prolongera par une véritable action citoyenne.
En organisant à partir de mars la première manifestation citoyenne virtuelle, ce projet mettra à la disposition des citoyens un outil viral qui permettra d’exercer une pression sur les États et institutions internationales afin d’obtenir des changements concrets et ainsi libérer la parole des victimes pour davantage de justice.
Retrouvez en cliquant ici en vidéo nos explications sur l’opération « Zero Impunity ».

jeudi 12 janvier 2017

After 15 years, prisoners at Guantánamo face more uncertainty than ever

by , The Intercept, January 11 2017
“WITH RESPECT TO GUANTÁNAMO,” President Obama told reporters in November, “it is true that I have not been able to close the darn thing.”
Wednesday marks the 15th anniversary of Guantánamo’s use as a detention facility for terrorism suspects. On Inauguration Day, the prison will pass to its third president, almost eight years after Obama ordered it closed within 12 months.
After a transfer of four Yemeni captives to Saudi Arabia last week, Guantánamo — which held nearly 780 people under President Bush — now holds 55 men. Nineteen have been approved for release to other countries, while 26 are held in indefinite detention: “forever prisoners” of the war on terror. Only 10 have been charged with a crime.

jeudi 11 décembre 2014

Le rapport du Sénat US sur la torture ignore les crimes les plus brutaux de la CIA

par Andrew Emett, 10/12/2014. Traduit par  Fausto Giudice, Tlaxcala
Original: U.S. Senate Torture Report Ignores CIA’s Most Brutal Crimes
 
Selon la Commission, la CIA a menti au Congrès, au  Conseil national de sécurité, au  ministère de la Justice et à l'opinion US sur la gravité des tortures commises et sur la pertinence des informations obtenues par des interrogatoires musclés.


La Commission du renseignement du Sénat a publié un résumé  de 525 pages du rapport d'enquête de six mille pages sur le "Programme  d'arrestations et d'interrogatoires" de la CIA (Image: Common Dreams)

La Commission du renseignement du Sénat a publié un rapport cinglant condamnant certains des abus et tortures par le commis par le programme de Remises, arrestations et interrogatoires (RDI) de la CIA, a omis de dénoncer les plus odieuses violations des droits humains par  la CIA. Selon le rapport, la CIA a menti à la Commission sur les décès de prisonniers, les antécédents des interrogateurs de la CIA, les menaces contre les membres de famille des prisonniers, et l'efficacité de la torture.
Jose Rodriguez Jr.
Le 9 novembre 2005, directeur du Service national clandestin de la CIA Jose Rodriguez Jr., a autorisé la destruction par le feu de 92 bandes vidéo montrant les interrogatoires musclés d'Abou Zoubaïda et Abderrahim Al Nashiri. En réponse à la destruction de ces bandesla Commission du renseignement du Sénat a décidé, par un vote du 5 mars 2009, d'examiner le programme d'arrestations et d'interrogatoires de la CIA. Avec un accès à plus de six millions de pages de documents de la CIA, la Commission a simplement fourni un résumé superficiel sans se soucier d'interviewer des participants ou des victimes du programme RDI.

Après les événements tragiques du 11 Septembre, le ministère de la Justice a fabriqué une série de mémos juridiques autorisant l'utilisation par l'administration Bush de la torture contre des combattants ennemis. En 2002 et 2003, le vice-procureur général adjoint John Yoo a émis des mémos sur la torture, qui ont été signés par le procureur général adjoint Jay Bybee. L'Autorisation de recours à la force militaire, la Loi de 2006 sur les commissions militaires, et le Décret 13440 sont devenus les justifications légales pour l'utilisation de techniques d'interrogatoire "renforcées" et un mépris total pour les Conventions de Genève.


Le Dr Bruce Jessen (à gauche) et le Dr James Mitchell (à droite)
Figurant sous pseudonymes dans le rapport fortement expurgé, deux psychologues à la retraite des Forces aériennes, le Dr Bruce Jessen et le Dr James Mitchell ont obtenu des contrats pour développer les techniques d'interrogatoire "renforcées" de la CIA. Ils ont décidé d'inverser la conception de l'entraînement des forces aériennes aux contre-interrogatoires suivant le manuel "Survie, évasion, résistance" (SERE) en infligeant la torture à la fois physique et psychologique aux détenus. Selon le rapport, ils ont participé personnellement à des séances de waterboarding [simulation de noyade, "baignoire", NdT] et d'interrogatoires de prisonniers.

Blessé par balles et capturé lors d'un raid au Pakistan en 2002, l'un des premiers détenus, Abou Zoubaïda, était soigné dans un hôpital où il a fourni des informations aux agents du FBI au sujet de Khalid Cheikh Mohammed (KSM). Convaincus que Zoubaïda dissimulait des informations, les interrogateurs de la CIA l'ont soumis au waterboarding au moins 83 fois. Bien que Zoubaïda eût livré les informations sur KSM des semaines avant d'être torturé, la CIA a considéré cette violation des droits humains comme un succès et son interrogatoire est devenu un modèle pour de futures atrocités.


waterboard run, par matt mahurin
Capturé au Pakistan en 2003, KSM a été transporté dans un site noir de la CIA en Pologne avant d'être transféré à un autre site noir en Roumanie. Subissant des techniques d'interrogatoire "renforcées", KSM a fourni des fausses informations menant à l'arrestation de personnes innocentes et a fabriqué un complot visant à assassiner l'ancien président Jimmy Carter. KSM a été soumis au waterboarding au moins 183 fois et n'a fourni aucun renseignement opérationnel et aucune information utile à ses interrogateurs.

Selon la Commission, les techniques d'interrogatoire brutales ne sont pas des moyens efficaces d'obtention de renseignements. Sous la contrainte, les prisonniers diront tout ce qu'ils pensent que l'interrogateur veut entendre pour mettre fin au tourment. Bien que la CIA affirme que les informations obtenus par des interrogatoires "renforcés" ont sauvé des vies et conduit à la mort d'Oussama ben Laden, la Commission a découvert que ces allégations sont manifestement fausses.

La plupart des agents de la CIA impliqués dans le programme RDI avaient des antécédents de violence, d'abus et d'agressions sexuelles.
 En plus du supplice de l'eau et des coups, les interrogateurs de la CIA ont également menacé de violer et de tuer des membres des familles des prisonniers, les ont privés de soins médicaux, et ont à plusieurs reprises effectué une réhydratation ou alimentation rectale sans nécessité médicale. Des détenus avec des pieds cassés et des chevilles foulées ont été contraints de rester debout pendant de longues périodes de temps pour les priver de sommeil.

En novembre 2002, les agents de la CIA ont laissé  Gul Rahman, détenu dans un site noir, après l'avoir battu, à moitié nue de la taille aux pieds dans une cellule non chauffée pendant la nuit. Rahman a fini par mourir de froid dans sa cellule. Dans un cas d'erreur d'identité, le citoyen allemand Khalid El Masri a été enlevé par la police macédonienne et remis à la CIA. Après des mois de coups et de suppositoires introduits de force, El Masri a été libéré sans accusations.

Bien que le rapport mentionne Binyam Mohamed, la Commission a négligé d'enquêter sur ses allégations de torture. Arrêté au Pakistan le 10 avril 2002, Mohamed a été transporté dans un site noir de la CIA où il a été battu, brûlé, et a subi des entailles au scalpel sur le torse et le pénis. Les USA ont finalement abandonné toutes les charges contre Mohamed et l'ont remis en liberté.

Le contractuel de la CIA David Passaro (à gauche) et sa victime Abdul Wali (à droite)
Sont aussi omis dans le résumé les meurtres d'Abdul Wali de Manadel Al Jamadi. Entre le 19 et le 20 juin 2003, le contractuel de la CIA David Passaro a battu à mort un suspect afghan nommé Abdul Wali avec une lampe de poche métallique. À la prison d'Abou Ghraïb en 2003, Manadel Al Jamadi est mort dans une salle de douche durant des interrogatoires de la CIA avec les bras attachés dans le dos. La photo de l'ancien spécialiste Charles Graner Jr. posant sur le cadavre d'Al Jamadi a fait le tour du monde ; il a ensuite été accusé d'avoir torturé ses prisonniers. Mark Swanner, l'interrogateur de la CIA, n'a pas été poursuivi pour la mort d'Al Jamadi.

La "remise" et la torture du religieux égyptien Hassan Mustafa Osama Nasr sont également absentes du résumé. Enlevé par des agents de la CIA à Milan le 17 Février 2003, Nasr a perdu l'usage d'une oreille après des mois de coups et de décharges électriques. Le 4 novembre 2009, un juge italien a condamné par contumace 22 agents de la CIA soupçonnés ou connus, un colonel de l'Armée de l'air et deux agents secrets italiens pour l'enlèvement de Nasr.

Michael Hayden
Selon la Commission, la CIA a menti au Congrès, au  Conseil national de sécurité, au  ministère de la Justice et à l'opinion US sur la gravité des tortures commises et sur la pertinence des informations obtenues par des interrogatoires musclés. La Commission a également accusé l'ancien directeur de la CIA Michael Hayden de lui avoir menti sur les décès de prisonniers, les antécédents douteux d'interrogateurs de la CIA, les menaces contre les membres de familles de détenus, et la fiabilité des informations obtenues par la torture.

Bien que la Commission ait rendu publiques près de 500 pages largement expurgées de leur résumé analytique, le rapport complet contenant plus de 6700 pages reste classifié. Après que des agents de la CIA avaient piraté les ordinateurs appartenant à des membres de la Commission et à leur personnel l'an dernier, le directeur de la CIA John Brennan, dans une tentative d'empêcher la publication du rapport, a faussement accusé la commission d'avoir volé des dossiers classifiés. Comme les sénateurs ont appelé à sa démission, Brennan a été forcé de présenter des excuses à la Commission.

Au lieu de devoir rendre des comptes pour avoir mis au point ou utilisé des techniques d'interrogatoire "renforcées", le Dr Mitchell et le Dr Jessen ont reçu $ 81 millions de $ jusqu'à la résiliation de leur contrat en 2009. L'ancien agent de la CIA John Kiriakou a été condamné à 30 mois de prison après avoir révélé le programme de torture lors d'une interview sur ABC News. Kiriakou a été accusé d'avoir violé l'Intelligence Identities Protection Act (Loi de protection de l'identité d'agents du renseignement) de 1982 en donnant la carte de visite de Deuce Martinez au reporter du New York Times Scott Shane. Martinez avait été un interrogateur de la CIA travaillant pour Mitchell Jessen and Associates.

Tout en dénonçant les mensonges de la CIA sur la neutralisation d'attentats terroristes, la localisation d'Oussama ben Laden, et le sauvetage de vies grâce à l'utilisation de la torture, la Commission a omis de citer les pires atrocités commises en notre nom. Agissant en toute impunité, la CIA traîne une histoire sordide de décennies d'enlèvements, de tortures et d'assassinats, dont ne voit pas la fin.

mercredi 6 novembre 2013

Talimambo Number Five طالمامبو نمبر فايف

العربية Español Français English


Vient de paraître – En librairie en Tunisie, France, Belgique et Suisse


Antonio Beltrán Hernández أنطونيو بلتران هيرنانديز
Juan Kalvellido
خوان كالبيليدو
Talimambo Number Five
طالمامبو نمبر فايف
Tragédie musicale Tragedia musical Musical tragedy
تراجيديا موسيقية
Nouvelle graphique Graphic novel Novela gráfica
رواية مصورة
Translated into English (USA) by John Catalinotto
ترجمتها إلى العربية سهام قاسمي
24X32 64 pages 16 € 15 DT
September 2013
ISBN 978-9938-862-06-5
Distribution Tunisie : AFRIQUE CULTURE 71 205 521/523/524
Diffusion France/Belgique/Suisse : L'OISEAU INDIGO http://www.loiseauindigo.fr
Distribution France/Belgique : POLLEN-LITTÉRAL http://www.pollen-diffusion.com
Distribution Suisse : SERVIDIS http://www.servidis.ch

 
Avec ce livre, le quatrième publié par les éditions workshop19, nous faisons un nouveau pas décisif dans la réalisation des nos rêves et projets. Talimambo Number Five est plus qu'une BD, c'est une nouvelle graphique ou, mieux, une nouvelle picturale, car Juan Kalvellido est plus qu'un dessinateur, c'est un peintre, un Goya de l'ère photoshop. Ce livre est un produit réellement mondial, ou, comme on dit, "global", ou plutôt "trans": transculturel, transfrontières, translinguistique, transpolitique.
Par son thème d'abord : la rencontre – pas si improbable – entre Żāhir, taliban afghan évadé du camp US de Guantánamo, et Martín, vieux paysan cubain, compagnon d'armes du Che Guevara lors de la libération de Cuba, au son des mambos de l'immortel Pérez Prado.  "Je suis un homme bien sincère, de là où pousse le palmier" : ce vers de la chanson Guantanamera peut "s'appliquer indistinctement à Martín ou à Żāhir. Si nous les regardons attentivement, nous verrons que ce qui les rapproche est beaucoup plus puissant que ce qui pourrait les séparer. Les cocotiers de la Caraïbe sont bien différents des dattiers du Régistan, mais ce sont tout de même des palmiers." (Talimambo Number Five, p. 34)
Par ses langues : le texte de la nouvelle est en espagnol, français, anglais et arabe, donc accessible à un public mondial très vaste. Et la partie occidentale de ce public aura, pour ouvrir ce livre, à faire le petit effort d'oublier ses réflexes acquis, puisqu'il s'ouvre et se lit de droite à gauche – langue arabe oblige -, et non de gauche à droite. Une manière de se mettre dans la peau des "autres" et de commencer à changer son regard.
Par ses créateurs : la réalisation de Talimambo Number Five a vu travailler ensemble un auteur, Antonio Beltrán Hernández à Paris et Mexico, un illustrateur, Juan Kalvellido à Malaga en Andalousie, un traducteur, John Catalinotto, à New York, des éditeurs, workshop19, une traductrice, Sihem Guesmi, un graphiste, Anouar Labidi et un imprimeur, Finzi, tous à Tunis.
Par son message enfin : ce que Talimambo Number Five nous dit, c'est que l'humanité, au-delà des idéologies et des appareils, a une destinée commune et qu'elle peut trouver une langue commune, autrement dit, qu'un taliban peut apprendre à danser le mambo.
Puisse ce livre trouver son public et ses émules, devenant ainsi le premier d'une série de nouvelles graphiques, picturales, photo-nouvelles traitant de manière créative les grands thèmes de notre siècle.
نحن نخطو شيئا فشيئا نحو تحقيق ما نصبو إليه، نحو جعل أحلامنا و مشاريعنا في دار النشر ورشة 19 حقيقة ملموسة. لقد أصدرنا كتابنا الرابع "طالمامبو نمبر فايف".
هذا الكتاب ليس رسوما مصورة فقط، إنه رسم بياني جديد أو فلنقل
مظهر فريد من نوعه .
خوان كالبيليدو ليس مصمّما فحسب، إنه رسّام بل غويا عصر الفوتوشوب. إن هذا الكتاب منتوج عالمي و شامل بالفعل،وهو بطريقة ما يملك صفة التجاوز،وعابر للثقافات والحدود و اللغات و السياسة أيضا.
أوّلا من خلال الموضوع اللذي يتناوله إذ يحدثنا عن لقاء غير متوقع بين زاهر،رجل من طالبان فارّ من سجن غوانتناموو مارتين ذلك الريفي الكوبي العجوز رفيق لغيفارا في حرب تحرير كوبا على أنغام بيريس برادو.
أنا رجل صادق آت من حيث ينمو النخيل": يمكن للأبيات الأولى من جوانتانميرا أن تتماهى بشكل عشوائي على مارتين و ظاهر. إذا أمعنا النظر في هذين الرجلين تأكدنا أن ما يجمعهما هو أكثر بكثير مما يفرقهما.صحيح أن جوز الهند الكرايبي يختلف عن مثيله في رجستان ولكن على الرغم من ذلك يظلان نخيلا
طالمامبو نمبر فايف، صفحة  34
   ثانيا من خلال التنوع اللغوي :صيغت القصة باللغة الإسبانية، الإنجليزية، الفرنسية و العربية، هي موجهة إذا لجمهور عالمي واسع.
سيكون على القارئ العربي أن يبذل شيئا من الجهد و يتخلّى عما تعلمه واكتسبه فالكتاب يفتح و يقرأ من اليمين إلى اليسار. اللغة العربية تفرض ذلك و ليس العكس. إنها الطريقة المثلى لتلبس جلد الآخرين و تبدأ في تغيير نظرتك.
ثالثا من خلال مبدعيه: طالمبو نمبر فايف هو نتيجة تعاون عدد من الأشخاص حول العالم أنطونيو بلتران إيرنانديس من باريس و المكسيك وخوان كالبيليدو من مالقا في الأندلس. إلى جانب المترجم جون كاتالينوتو في نيويورك، ناشرو ورشة19، المترجمة سهام قاسمي بالإضافة لمصمم الصور أنور العبيدي و مطبعة فينزي في تونس.
أخيرامن خلال رسالته: يخبرنا طالمامبو نمبر فايف أن الإنسانية يمكن أن تتجاوزالإيديولوجيا ت و الأنظمة و أن يكون لها نفس القدر؛ يمكن أيضا أن تجد لغةمشتركة، أو أو بمعنى أخر فإن شخصا من طالبان يمكن أن يرقص المامبو
. سيجد هذا الكتاب جمهوره كما منافسيه ومن الممكن أن يتصدّر سلسلة كاملة من القصص المصوّرة في محاولة لتناول أهم المواضيع الحديثة دون إهمال الجانب الإبداعيطبعا.
ترجمة سهام قاسمي و تحريرريم بن فرج

Con este libro, el cuarto publicado por la editorial workshop19, damos un nuevo paso  decisivo en la realización de nuestros sueños y proyectos. Talimambo Number Five es más que un cómic, es una novela gráfica o, mejor, una novela pictórica, porque Juan Kalvellido es más que un dibujante, es un pintor, un Goya de la era del photoshop. Esta obra es un producto verdaderamente mundial o, como se suele decir, “global”, o más bien “trans”: transcultural, transfronterizo, translingüístico, transpolítico.
Por su temática, en primer lugar: el encuentro –no tan improbable– entre Żāhir, talibán afgano evadido de la base estadounidense de Guantánamo, y Martín, un viejo campesino cubano, compañero de armas del Che Guevara durante la liberación de Cuba, al son de los mambos del inmortal Pérez Prado.

"Yo soy un hombre sincero de donde crece la palma": el primer verso de la Guantanamera puede "aplicarse indiferentemente a Martín o a Żāhir. Ver detenidamente a estos hombres es entender que lo que los acerca es mucho más poderoso que aquello que los podría separar. Los cocos del Caribe son muy diferentes de los dátiles del Registán, pero siguen siendo palmeras"(Talimambo Number Five, p. 34).
Por sus lenguas: el texto de la novela está en español, francés, inglés y árabe, accesible, por tanto, a un público mundial muy amplio. Para abrir este libro, el público occidental tendrá que hacer el pequeño esfuerzo de olvidar los hábitos adquiridos ya que se abre y se lee de derecha a izquierda –como en lengua árabe–, y no de izquierda a derecha. Es una manera de ponerse en la piel de los “otros” y empezar a cambiar nuestra mirada.
Por sus creadores: la realización de Talimambo Number Five ha supuesto el trabajo conjunto de un autor, Antonio Beltrán Hernández en París y en ciudad de México; un ilustrador, Juan Kalvellido en Málaga, Andalucía; un traductor, John Catalinotto en Nueva York; los editores workshop19; una traductora, Sihem Guesmi; un diseñador gráfico, Anouar Labidi y un impresor, Finzi, todos ellos en Túnez.
Por su mensaje, finalmente: Talimambo Number Five nos dice que la humanidad, más allá de ideologías y aparatos, tiene un destino común y puede encontrar una lengua común, en otras palabras, que un talibán puede aprender a bailar el mambo.
Ojalá que esta obra encuentre su público y sus émulos convirtiéndose, así, en la primera de una serie de novelas gráficas, pictóricas, fotorelatos, que traten de manera creativa los grandes temas de nuestro siglo.
Traducción de María José Hernández Guerrero

With this book, the fourth published by workshop19, we take an important new step toward making our dreams and projects a reality. Talimambo Number Five is more than a comic book, it's a graphic novel, or better, a pictorial novel, as Juan Kalvellido is more than a cartoonist, he is a painter, a Goya of the photoshop era. This book is a truly worldwide product, or, as they say, "global," or rather "trans": cross-cultural, cross-border, cross-linguistic, trans-political.
First for its theme: The meeting -- not that unlikely -- between Zahir, an Afghan Taliban escaped from the U.S. camp in Guantánamo , and Martín, old Cuban peasant who was a comrade-in-arms of Che Guevara during the liberation of Cuba, to the sound of mambo music of the immortal Pérez Prado.
"I am a sincere man from the land of the palm trees": this verse of the song Guantanamera may "equally apply to Martin or to Zahir. To see at length these men is to understand that what brings them closer is much more powerful than what could separate them. The Caribbean coconuts are very different from the dates of Registan, but equally are of the palm."
 Talimambo Number Five , p. 34)
By its languages: the text of the novel is in Spanish, French, English and Arabic, and thus accessible to a vast global audience. And the Western part of the public will have to make little effort to forget ingrained reflexes as they open the book, as it opens and reads from right to left -- the Arabic language makes this necessary -- and not left to right. It's one way to get into the skin of the "other" and begin to change your outlook.
By its creators: To complete Talimambo Number Five needed the collaboration of an author, Antonio Beltrán Hernández in Paris and Mexico, an illustrator, Juan Kalvellido in Malaga in Andalusia, a translator, John Catalinotto in New York, and the workshop19 publishers, translator Sihem Guesmi , graphic designer Anwar Labidi and printer Finzi, all in Tunis.
And finally by its message: what Talimambo Number Five tells us is that humanity , beyond ideologies and machineries, has a common destiny and can find a common language, in other words, a Taliban can learn to dance the mambo .
May this book find its audience and inspire others, and become the first in a series of graphic, pictorial, photo-graphic novels treating in new creative ways the major themes of this century.
Translated by John Catalinotto