dimanche 8 janvier 2012

Guantánamo: Ten Years Imperial Gulag 10 ans de goulag impérial Diez años de gulag imperial


On January 11th a sinister birthday will be celebrated: that of 10 years of existence of the imperial Gulag of Guantánamo, inaugurated under Bush and Cheney and maintained by Obama and Biden, in spite of Obama's electoral promise to close this detention center, which does not correspond with any international law. 171 persons remain detained in Guantánamo and are entering their tenth year of extrajudicial imprisonment. The USA will therefore soon break the record held by their Israeli friends, specialists in 'administrative' imprisonment that extends from 6 months to eternity. Here we publish the eyewitness testimonies of Murat Kurnaz and Lakhdar Boumediene, two survivors of this democratic hell.
    Le 11 janvier sera célébré un sinistre anniversaire : celui des 10 années d'existence du goulag impérial de Guantánamo, inauguré sous Bush et Cheney et maintenu par Obama et Biden, malgré la promesse électorale d'Obama qu'il fermerait ce camp de détention, qui est en dehors de toute légalité internationale. 171 personnes restent détenues à Guantánamo et entrent dans leur dixième année de détention extrajudiciaire. Les USA vont donc bientôt battre le record détenu par leurs amis israéliens, spécialistes de la détention "administrative"prolongée indéfiniment de 6 mois en 6 mois. Nous publions les témoignages de Murat Kurnaz et de Lakhdar Boumediene, deux rescapés de l'enfer démocratique.
    El 11 de enero se celebrará un siniestro aniversario: el de los diez años de existencia del gulag imperial de Guantánamo, inaugurado bajo el mandato de Bush y Cheney y mantenido por Obama y Biden, a pesar de la promesa electoral de Obama de que cerraría este campo de detención, ajeno a la legalidad internacional. Las 171 personas encerradas en Guantánamo cumplen su décimo año de detención extrajudicial. USA superará pronto el récord de sus amigos israelíes, especialistas en detenciones administrativas “prolongadas” indefinidamente cada 6 meses. Publicamos los testimonios de Murat Kurnaz y Lakhdar Boumediene, dos supervivientes del infierno democrático.

The New York Times

January 7, 2012
French version below-Version française après l'original anglais

Notes From a Guantánamo Survivor

I LEFT Guantánamo Bay much as I had arrived almost five years earlier — shackled hand-to-waist, waist-to-ankles, and ankles to a bolt on the airplane floor. My ears and eyes were goggled, my head hooded, and even though I was the only detainee on the flight this time, I was drugged and guarded by at least 10 soldiers. This time though, my jumpsuit was American denim rather than Guantánamo orange. I later learned that my C-17 military flight from Guantánamo to Ramstein Air Base in my home country, Germany, cost more than $1 million.
When we landed, the American officers unshackled me before they handed me over to a delegation of German officials. The American officer offered to re-shackle my wrists with a fresh, plastic pair. But the commanding German officer strongly refused: “He has committed no crime; here, he is a free man.”
I was not a strong secondary school student in Bremen, but I remember learning that after World War II, the Americans insisted on a trial for war criminals at Nuremberg, and that event helped turn Germany into a democratic country. Strange, I thought, as I stood on the tarmac watching the Germans teach the Americans a basic lesson about the rule of law.
How did I arrive at this point? This Wednesday is the 10th anniversary of the opening of the detention camp at the American naval base at Guantánamo Bay, Cuba. I am not a terrorist. I have never been a member of Al Qaeda or supported them. I don’t even understand their ideas. I am the son of Turkish immigrants who came to Germany in search of work. My father has worked for years in a Mercedes factory. In 2001, when I was 18, I married a devout Turkish woman and wanted to learn more about Islam and to lead a better life. I did not have much money. Some of the elders in my town suggested I travel to Pakistan to learn to study the Koran with a religious group there.
I made my plans just before 9/11. I was 19 then and was naïve and did not think war in Afghanistan would have anything to do with Pakistan or my trip there. So I went ahead with my trip.
I was in Pakistan, on a public bus on my way to the airport to return to Germany when the police stopped the bus I was riding in. I was the only non-Pakistani on the bus — some people joke that my reddish hair makes me look Irish — so the police asked me to step off to look at my papers and ask some questions. German journalists told me the same thing happened to them. I was not a journalist, but a tourist, I explained. The police detained me but promised they would soon let me go to the airport. After a few days, the Pakistanis turned me over to American officials. At this point, I was relieved to be in American hands; Americans, I thought, would treat me fairly.
I later learned the United States paid a $3,000 bounty for me. I didn’t know it at the time, but apparently the United States distributed thousands of fliers all over Afghanistan, promising that people who turned over Taliban or Qaeda suspects would, in the words of one flier, get “enough money to take care of your family, your village, your tribe for the rest of your life.” A great number of men wound up in Guantánamo as a result.
I was taken to Kandahar, in Afghanistan, where American interrogators asked me the same questions for several weeks: Where is Osama bin Laden? Was I with Al Qaeda? No, I told them, I was not with Al Qaeda. No, I had no idea where bin Laden was. I begged the interrogators to please call Germany and find out who I was. During their interrogations, they dunked my head under water and punched me in the stomach; they don’t call this waterboarding but it amounts to the same thing. I was sure I would drown.
At one point, I was chained to the ceiling of a building and hung by my hands for days. A doctor sometimes checked if I was O.K.; then I would be strung up again. The pain was unbearable.
After about two months in Kandahar, I was transferred to Guantánamo. There were more beatings, endless solitary confinement, freezing temperatures and extreme heat, days of forced sleeplessness. The interrogations continued always with the same questions. I told my story over and over — my name, my family, why I was in Pakistan. Nothing I said satisfied them. I realized my interrogators were not interested in the truth.
Despite all this, I looked for ways to feel human. I have always loved animals. I started hiding a piece of bread from my meals and feeding the iguanas that came to the fence. When officials discovered this, I was punished with 30 days in isolation and darkness.
I remained confused on basic questions: why was I here? With all its money and intelligence, the United States could not honestly believe I was Al Qaeda, could they?
After two and a half years at Guantánamo, in 2004, I was brought before what officials called a Combatant Status Review Tribunal, at which a military officer said I was an “enemy combatant” because a German friend had engaged in a suicide bombing in 2003 — after I was already at Guantánamo. I couldn’t believe my friend had done anything so crazy but, if he had, I didn’t know anything about it.
A couple of weeks later, I was told I had a visit from a lawyer. They took me to a special cell and in walked an American law professor, Baher Azmy. I didn’t believe he was a real lawyer at first; interrogators often lied to us and tried to trick us. But Mr. Azmy had a note written in Turkish which he had gotten from my mother, and that made me trust him. (My mother found a lawyer in my hometown in Germany who heard that lawyers at the Center for Constitutional Rights represented Guantánamo detainees; the center assigned Mr. Azmy my case.) He did not believe the evidence against me and quickly discovered that my “suicide bomber” friend was, in fact, alive and well in Germany.
Mr. Azmy, my mother and my German lawyer helped pressure the German government to secure my release. Recently, Mr. Azmy made public a number of American and German intelligence documents from 2002 to 2004 that showed both countries suspected I was innocent. One of the documents said American military guards thought I was dangerous because I had prayed during the American national anthem.
Now, five years after my release, I am trying to put my terrible memories behind me. I have remarried and have a beautiful baby daughter. Still, it is hard not to think about my time at Guantánamo and to wonder how it is possible that a democratic government can detain people in intolerable conditions and without a fair trial.
Murat Kurnaz, a German citizen with Turkish parents, is the author of “Five Years of My Life: An Innocent Man in Guantánamo ”. He was detained by the US from 2001 to 2006, first in Kandahar and then in Guantánamo.

Notes d’un survivant de Guantánamo 
Traduit par  Fausto Giudice, Tlaxcala
Murat Kurnaz, citoyen allemande d’origine turque, a été détenu à Guantánamo de 2002 à 2006 après avoir été arrêté au Pakistan en octobre 2001.Il est l’auteur de Dans l'enfer de Guantanamo.
J’ai quitté Guantánamo Bay dans les mêmes conditions où j’y étais arrivé presque cinq ans auparavant : les mains enchaînées à la taille, la taille aux chevilles et les chevilles au plancher de l’avion. Mes oreilles et mes yeux étaient bouchés et ma tête recouverte d’une cagoule et, alors que cette fois-ci j’étais le seul détenu à bord du vol, j’ai été drogué et surveillé par au moins 10 soldats. Mais pour cette occasion, on m’avait habillé de denim US au lieu de l’orangé de Guantánamo. J’ai su plus tard que le vol par C-17 militaire de Guantánamo à la base aérienne de Ramstein, dans mon pays, l’Allemagne, avait coûté plus d’un million de dollars.
Quand nous avons atterri, les officiers USaméricains m’ont désentravé avant de me remettre à une délégation officielle allemande. L’officier US a proposé d’entraver de nouveau mes poignets avec des menottes fraîches en plastique. Mais l’officier commandant allemand a refusé énergiquement : « Il n’a commis aucun crime ; ici, c’est un homme libre.»

Je n’étais pas un très bon élève au collège à Brême, mais je me souviens d’avoir appris qu’après la deuxième Guerre mondiale, les USaméricains avaient insisté pour que les criminels de guerre soient jugés à Nuremberg et cet événement a aidé à faire de l’Allemagne un pays démocratique. Bizarre, me suis-je dit, en voyant sur le tarmac des Allemands donner une leçon basique de respect de la loi à des USaméricains.

Comment en étais-je arrivé là ? Ce mercredi marquera le 10ème anniversaire de l’ouverture du camp de détention sur la base navale US de Guantánamo Bay à Cuba. Je ne suis pas un terroriste. Je n’ai jamais été un membre ou un sympathisant d’Al Qaïda. Je ne comprends même pas leurs idées. Je suis le fils d’immigrés turcs qui sont venus en Allemagne à la recherché de travail. Mon père a travaillé des années dans une usine Mercedes. En 2001, à 18 ans, j’ai épousé une femme turque pieuse et j’ai voulu en savoir plus sur l’Islam et la manière de mener une vie meilleure. Certains des anciens de ma ville m’ont suggéré de me rendre  au Pakistan pour y étudier le Coran avec un groupe religieux. J’ai fait mes plans juste avant le 11 Septembre. J’avais alors 19 ans, j’étais naïf et je ne pensais pas que la guerre en Afghanistan aurait des conséquences quelconques sur le Pakistan ou sur mon voyage vers ce pays.

J’étais au Pakistan, à bord d’un autobus, en route pour l’aéroport d’où j’allais rentrer en Allemagne quand la police a arrêté le bus. Comme j’étais le seul non-Pakistanais dans le bus – certains plaisantaient sur mes cheveux roux qui pouvaient me faire passer pour Irlandais -, la police m’a demandé de descendre pour contrôler mes papiers et me poser quelques questions. Des journalistes allemands m’ont raconté que la même chose leur était arrivée. J’ai expliqué que j’étais touriste et pas journaliste. La police m’a interpellé mais m’a promis de me relâcher rapidement pour me permettre d’aller à l’aéroport. Mais après quelques jours, les Pakistanais m’ont remis entre les mains des USaméricains. A ce stade, j’étais soulagé d’être entre les mains des USaméricains : ils allaient me traiter correctement, me disais-je. J’ai appris plus tard que les USA ont payé une prime de 3000 $ pour ma capture. Ce que je ne savais pas à l’époque, c’est qu’apparemment, les USA avaient distribué des milliers de tracts dans tout l’Afghanistan, promettant que ceux qui remettraient des Talibans ou des suspects d’appartenance à Al Qaïda, recevraient, pour citer un tract « assez d’argent pour entretenir votre famille, votre village et votre tribu pour le reste de votre vie. » C’est grâce à cela qu’une grande partie des détenus à Guantánamo s’y sont retrouvés.

 J’ai été emmené à Kandahar, en Afghanistan, où des interrogateurs US m’ont posé des semaines durant les mêmes questions : Où est Oussama Ben Laden ? Etiez-vous avec Al Qaïda ? Non, leur ai-je répondu, je n’étais pas avec Al Qaïda. Non, je n’avais aucune idée de l’endroit où Ben Laden pouvait être. J’ai supplié les interrogateurs d’appeler en Allemagne pour savoir qui j’étais. Pendant les interrogatoires, ils me plongeaient l’eau et me frappaient à l’estomac ; ils n’appellent pas çà waterboarding mais c’en est l’équivalent. J’étais persuadé que j’allais me noyer.

A un certain moment, j’ai été enchaîné au plafond de la salle d’interrogatoires et suspendu par les mains pendant des journées entières. Un médecin vérifiait parfois si je tenais le coup ; puis j’étais de nouveau suspendu. La souffrance était insupportable.

Après environ deux mois à Kandahar, j’ai été transféré à Guantánamo. Là j’ai eu droit à plus de coups, d’isolement interminable, des températures glaciales ou torrides, des séances d’insomnie forcée. Les interrogatoires se sont poursuivis, toujours avec les mêmes questions. J’ai raconté et répété encore et encore mon histoire : mon nom, ma famille, pourquoi je me trouvais au Pakistan. Rien de ce que je disais ne les satisfaisait. Je me suis rendu compte que mes interrogateurs n’étaient pas intéressés par la vérité.

Malgré tout cela, j’ai cherché le moyen de me sentir humain. J’ai toujours aimé les animaux. J’ai donc commencé à cacher un morceau de pain de mes plateaux-repas pour nourrir le iguanes qui venaient près du grillage. Quand les gardiens l’ont découvert, j’ai été puni de 30 jours d’isolation dans le noir.

J’avais du mal à trouver une réponse aux questions de base : pourquoi suis-je là ? Avec tout leur argent et leurs services de renseignement, les USA ne peuvent quand même pas croire vraiment que je faisais partie d’al Qaïda, non ? Après deux ans et demi à Guantánamo, en 2004, j’ai été conduit devant ce que les gardiens appelaient un tribunal d’examen du statut de combattant (Combatant Status Review Tribunal). Et là, un officier a dit que j’étais un « combattant ennemi », parce qu’un ami allemand à moi avait commis un attentat-suicide en 2003, alors que j’étais déjà à Guantánamo. J’avais du mal à croire que mon ami ait fait une chose aussi folle, mais si c’était le cas, je n’en savais rien.

Quelques semaines plus tard, on m’a dit que j’avais la visite d’un avocat. On m’a conduit dans une cellule spéciale et j’ai vu entrer Baher Azmy, un professeur US de droit. Je n’ai tout d’abord pas cru que c’était vraiment un avocat : les interrogateurs nous mentaient souvent et essayaient de nous mener en bateau. Mais M. Amzy avait un billet écrit en turc par ma mère, et cela m’a donné confiance en lui. (Ma mère avait trouvé un avocat à Brême, lequel a appris que le Centre pour les droits constitutionnels représentait des détenus de Guantánamo ; le centre a désigné Me Amzy pour me défendre). Il ne croyait pas aux preuves contre moi et a découvert rapidement que mon ami soi-disant « kamikaze »  était en fait en vie et en bonne santé en Allemagne.

Me Azmy, ma mère et mon avocat allemand ont uni leurs efforts pour faire pression sur le gouvernement allemand afin qu’il obtienne ma libération. Récemment, Me Azmy a rendu publique une série de documents des services de renseignement US et allemands de 2002 à 2004 qui démontraient que les deux pays soupçonnaient que j’étais innocent. L’un des documents disait que les gardiens militaires US pensaient que j’étais dangereux parce que j’avais fait ma prière durant la diffusion de l’hymne national US.

Aujourd’hui, cinq ans après ma libération, j’essaye de dépasser mes terribles souvenirs. Je me suis remarié et j’ai une magnifique petite fille. Mais il est encore difficile d’éviter de penser à mon séjour à Guantánamo et de me demander comment il est possible qu’un gouvernement démocratique détienne certaines personnes dans des conditions intolérables et sans procès équitable.

My Guantánamo Nightmare

ON Wednesday, America’s detention camp at Guantánamo Bay will have been open for 10 years. For seven of them, I was held there without explanation or charge. During that time my daughters grew up without me. They were toddlers when I was imprisoned, and were never allowed to visit or speak to me by phone. Most of their letters were returned as “undeliverable,” and the few that I received were so thoroughly and thoughtlessly censored that their messages of love and support were lost.
Some American politicians say that people at Guantánamo are terrorists, but I have never been a terrorist. Had I been brought before a court when I was seized, my children’s lives would not have been torn apart, and my family would not have been thrown into poverty. It was only after the United States Supreme Court ordered the government to defend its actions before a federal judge that I was finally able to clear my name and be with them again.
I left Algeria in 1990 to work abroad. In 1997 my family and I moved to Bosnia and Herzegovina at the request of my employer, the Red Crescent Society of the United Arab Emirates. I served in the Sarajevo office as director of humanitarian aid for children who had lost relatives to violence during the Balkan conflicts. In 1998, I became a Bosnian citizen. We had a good life, but all of that changed after 9/11.
When I arrived at work on the morning of Oct. 19, 2001, an intelligence officer was waiting for me. He asked me to accompany him to answer questions. I did so, voluntarily — but afterward I was told that I could not go home. The United States had demanded that local authorities arrest me and five other men. News reports at the time said the United States believed that I was plotting to blow up its embassy in Sarajevo. I had never — for a second — considered this.
The fact that the United States had made a mistake was clear from the beginning. Bosnia’s highest court investigated the American claim, found that there was no evidence against me and ordered my release. But instead, the moment I was released American agents seized me and the five others. We were tied up like animals and flown to Guantánamo, the American naval base in Cuba. I arrived on Jan. 20, 2002.
I still had faith in American justice. I believed my captors would quickly realize their mistake and let me go. But when I would not give the interrogators the answers they wanted — how could I, when I had done nothing wrong? — they became more and more brutal. I was kept awake for many days straight. I was forced to remain in painful positions for hours at a time. These are things I do not want to write about; I want only to forget.
I went on a hunger strike for two years because no one would tell me why I was being imprisoned. Twice each day my captors would shove a tube up my nose, down my throat and into my stomach so they could pour food into me. It was excruciating, but I was innocent and so I kept up my protest.
In 2008, my demand for a fair legal process went all the way to America’s highest court. In a decision that bears my name, the Supreme Court declared that “the laws and Constitution are designed to survive, and remain in force, in extraordinary times.” It ruled that prisoners like me, no matter how serious the accusations, have a right to a day in court. The Supreme Court recognized a basic truth: the government makes mistakes. And the court said that because “the consequence of error may be detention of persons for the duration of hostilities that may last a generation or more, this is a risk too significant to ignore.”
Five months later, Judge Richard J. Leon, of the Federal District Court in Washington, reviewed all of the reasons offered to justify my imprisonment, including secret information I never saw or heard. The government abandoned its claim of an embassy bomb plot just before the judge could hear it. After the hearing, he ordered the government to free me and four other men who had been arrested in Bosnia.
I will never forget sitting with the four other men in a squalid room at Guantánamo, listening over a fuzzy speaker as Judge Leon read his decision in a Washington courtroom. He implored the government not to appeal his ruling, because “seven years of waiting for our legal system to give them an answer to a question so important is, in my judgment, more than plenty.” I was freed, at last, on May 15, 2009.
Today, I live in Provence with my wife and children. France has given us a home, and a new start. I have experienced the pleasure of reacquainting myself with my daughters and, in August 2010, the joy of welcoming a new son, Yousef. I am learning to drive, attending vocational training and rebuilding my life. I hope to work again serving others, but so far the fact that I spent seven and a half years as a Guantánamo prisoner has meant that only a few human rights organizations have seriously considered hiring me. I do not like to think of Guantánamo. The memories are filled with pain. But I share my story because 171 men remain there. Among them is Belkacem Bensayah, who was seized in Bosnia and sent to Guantánamo with me.
About 90 prisoners have been cleared for transfer out of Guantánamo. Some of them are from countries like Syria or China — where they would face torture if sent home — or Yemen, which the United States considers unstable. And so they sit as captives, with no end in sight — not because they are dangerous, not because they attacked America, but because the stigma of Guantánamo means they have no place to go, and America will not give a home to even one of them.
I’m told that my Supreme Court case is now read in law schools. Perhaps one day that will give me satisfaction, but so long as Guantánamo stays open and innocent men remain there, my thoughts will be with those left behind in that place of suffering and injustice.
Lakhdar Boumediene, an Algerian and Bosnian citizen, was the lead plaintiff in Boumediene v. Bush. He was in military custody at Guantánamo Bay from 2002 to 2009. This essay was translated by Felice Bezri from the Arabic.

Guantánamo, mon cauchemar

Traduit par  Omar Mouffok  عمر موفق et édité par  Fausto Giudice فاوستو جيوديشي , Tlaxcala

Lakhdar Boumediene, citoyen algérien et bosniaque, a été détenu à Guantánamo de 2002 à 2009.

Ce mercredi 11 janvier marque le 10ème anniversaire de l’ouverture du camp de détention de la Baie de Guantánamo. Pour ma part, j’ai été détenu dans ce camp pendant sept de ces dix années sans justification ni inculpation. Pendant ce temps, mes filles ont grandi sans ma présence. Elles étaient encore des bébés lorsque j’ai été emprisonné, et elles n’ont jamais été autorisées à me visiter ou à me parler par téléphone. La plupart de leurs lettres ont été retournées comme courrier « non distribuable », et les quelques-unes que j’ai reçues avaient été tellement censurées qu’elles ont été vidées de leurs messages d’amour et de soutien.

Certains politiciens usaméricains disent que les gens détenus à Guantánamo sont des terroristes, mais je n’ai jamais été un terroriste. Si j’avais été jugé dans un tribunal lorsque j’ai été enlevé, la vie de mes enfants n’aurait jamais été déchirée, et ma famille ne serait pas tombée dans la pauvreté. Ce n’est qu’après que la Cour Suprême des USA eut ordonné au gouvernement de défendre ses actions devant un juge fédéral que j’ai été, enfin, en mesure de réhabiliter mon nom et d’être, de nouveau, avec ma famille.

J’ai quitté l’Algérie en 1990, pour aller travailler à l’étranger. En 1997, j’ai déménagé avec ma famille en Bosnie-Herzégovine, à la demande de mon employeur, la Société du Croissant Rouge des Emirats Arabes Unis. J’ai travaillé au bureau de Sarajevo comme directeur de l’aide humanitaire pour les enfants qui ont perdu des proches pendant les violences des conflits du Balkan. En 1998, je suis devenu citoyen bosniaque. Nous avons vécu une belle vie, mais tout a changé après le 11 Septembre.

Lorsque je suis arrivé au travail, le matin du 19 octobre, 2011, un officier du renseignement était en train de m’attendre. Il m’a demandé de l’accompagner pour répondre à des questions. C’est ce que j’ai fait de mon plein gré – mais ensuite, on m’a dit que je ne pouvais pas rentrer chez moi. Les USA avaient demandé aux autorités locales de m’arrêter avec cinq autres hommes. Selon les médias de l’époque, les USA croyaient que je complotais pour faire exploser leur ambassade à Sarajevo. Je n’avais pas envisagé une telle chose une seule seconde.

Il était clair dès le départ que les USA avaient fait une erreur. La Cour Suprême bosniaque, qui a enquêté sur les affirmations usaméricaines, a conclu qu’il n’y avait aucune preuve contre moi et a ordonné ma libération. Cependant, au moment où j’ai été libéré, les agents usaméricains m’ont enlevé ainsi que les cinq autres personnes. Nous avons été ligotés comme des animaux et transportés par avion à Guantánamo, la base navale US à Cuba. J’y suis arrivé le 20 janvier, 2002.

A l’époque, j’avais encore foi en la justice usaméricaine. Je croyais que mes ravisseurs allaient réaliser leur erreur et me libérer. Cependant, lorsque je ne donnais pas aux interrogateurs les réponses qu’ils voulaient – comment pouvais-je le faire alors que je n’avais rien fait de mal ? – ils devenaient de plus en plus violents. On m’a gardé éveillé pendant plusieurs jours de suite. J’ai été forcé à rester dans des positions douloureuses pendant plusieurs heures à la fois. Ce sont des choses sur lesquelles je ne veux pas écrire ; je veux seulement oublier.

J’ai fait une grève de la faim pendant deux ans car personne ne voulait me dire pourquoi j’étais emprisonné. Deux fois par jour, mes ravisseurs m’enfonçaient, à travers le nez, un tube qui arrivait jusqu’à mon estomac en passant par ma gorge, afin de faire couler de la nourriture dans mon corps. C’était insoutenable, mais j’étais innocent et j’ai donc continué à protester.

En 2008, ma demande de procédure légale équitable est arrivée jusqu’à la Cour Suprême US. Dans une décision portant mon nom, la Cour Suprême a déclaré que « les lois et la Constitution sont faites pour survivre et rester en vigueur même en temps d’exception ». La Cour a, donc, jugé que les prisonniers comme moi, peu importe la gravité des accusations contre eux, ont le droit de comparaître devant un tribunal. La Cour Suprême a reconnu une vérité fondamentale : le gouvernement fait des erreurs. Et la Cour a dit cela car « la conséquence d’une erreur peut être la détention de personnes pendant une période d’hostilités susceptible de durer une génération ou plus, et il y a là risque trop grand pour être ignoré ».

Cinq mois plus tard, le Juge Richard J. Leon, du tribunal fédéral de district à Washington, a examiné toutes les raisons données pour justifier mon emprisonnement, y compris les informations secrètes que je n’ai jamais vues ou entendues. Le gouvernement a abandonné son affirmation d’un complot d’attentat à la bombe contre l’ambassade juste avant d’être entendu par le juge. Après l’audition, le juge a ordonné au gouvernement de me libérer ainsi que les quatre autres hommes qui avaient été arrêtés en Bosnie.

Je n’oublierai jamais le moment où j’étais assis avec les quatre autres hommes dans une pièce sordide à Guantánamo, écoutant à travers un haut-parleur défectueux le juge Leon lire sa décision dans une salle de tribunal à Washington. Il a exhorté le gouvernement à ne pas faire appel de sa sentence, car « pour notre système juridique, sept ans d’attente pour donner une réponse à une question aussi importante est, à mon sens, plus que trop ». J’ai été, enfin, libéré le 15 mai 2009.

Aujourd’hui, je vis en Provence avec ma femme et mes enfants. La France nous a offert un foyer et la possibilité d’une nouvelle vie. J’ai eu le plaisir de renouer avec mes filles et, en août 2010, j’ai eu la joie d’accueillir un nouveau fils, Yousef. J’apprends à conduire, je suis en train de faire une formation professionnelle et je reconstruis ma vie. J’espère pouvoir faire, de nouveau, un travail dans lequel j’aiderais les autres, mais le fait que j’aie été, pendant sept ans et demi, détenu à Guantánamo, n’a amené que peu d’organisations des droits humains à envisager sérieusement de m’engager. Je n’aime pas penser à Guantánamo. Les souvenirs sont pleins de douleur. Cependant, je partage mon histoire car 171 hommes restent là-bas. L’un d’entre eux est Belkacem Bensayah qui a été enlevé en Bosnie et envoyé à Guantánamo avec moi.

Environ 90 prisonniers ont été libérés pour être transférés hors de Guantánamo. Certains d’entre eux sont originaires de pays comme la Syrie ou la Chine – où ils risquent la torture s’ils sont envoyés chez eux – ou du Yémen, que les USA considèrent comme pays instable. C’est pour cela qu’ils y restent comme des captifs sans aucune issue à l’horizon – non parce qu’ils sont dangereux, non parce qu’ils ont attaqué l’Amérique, mais parce que les stigmates de Guantánamo font qu’ils n’ont pas d’autre endroit où aller, et les USA n’hébergeront aucun d’entre eux.

J’ai été informé que mon procès à la Cour Suprême est, aujourd’hui, étudié dans les écoles de droit. Peut-être qu’un jour, cela me procurera une satisfaction, mais tant que Guantánamo restera ouvert et que des hommes innocents y resteront, mes pensées seront toujours avec ceux que j’ai laissés derrière moi dans ce lieu de souffrance et d’injustice.

Aucun commentaire: